Relations publiques douteuses de Philip Morris en Suisse pour l’IQOS

Suite à une décision de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, la multinationale du tabac Philip Morris International (PMI) fait de la publicité pour l'IQOS en le promouvant comme un produit dégageant moins de substances nocives, tout en omettant de mentionner qu'elle ne peut pas prouver qu'un risque moindre existe pour la santé. La communication de PMI s'inscrit parfaitement dans le comportement classique des multinationales du tabac, qui banalisaient les risques sanitaires dévastateurs de leurs produits.

Toutes les personnes qui utilisent l'IQOS en Suisse ont reçu un courriel publicitaire personnalisé de la multinationale du tabac, dans lequel elle affirme de manière manipulatrice que des «études scientifiques» ont montré que «passer complètement des cigarettes conventionnelles au système IQOS réduisait considérablement l’exposition du corps à des produits chimiques nocifs ou potentiellement nocifs.»

PMI s’adresse au grand public en parlant d’une «étape historique pour la santé publique» ainsi que de protection ou promotion de la «santé publique».

Ce que PMI ne dit pas à propos de la procédure d’approbation de l’IQOS en tant que produit du tabac à risque modifié: elle n’a pas pu fournir aux experts de la FDA des preuves convaincantes d’un risque sanitaire plus faible. La FDA a seulement approuvé l’IQOS en tant que produit dégageant des émissions de substances nocives inférieures à celles des cigarettes, mais pas en tant que produit présentant un risque sanitaire inférieur à ces dernières.

Marketing pour les jeunes

Les organisations nationales américaines de prévention American Lung Association, American Cancer Society et Tobacco-Free Kids ont conjointement critiqué le fait que la FDA permet à PMI de commercialiser l’IQOS comme un produit du tabac à risque modifié (angl. modified risk tobacco product) malgré le manque de preuves scientifiques.1 Cela est particulièrement inquiétant car l’IQOS est déjà commercialisé comme un produit branché sur toutes les plateformes. Une stratégie de marketing qui s’adresse particulièrement aux jeunes (des exemples de marketing peuvent être trouvés ici et ici). La FDA elle-même admet qu’on ne sait pas très bien si l’étiquette «produit du tabac à risque modifié» aura un effet négatif sur le comportement des jeunes en matière de consommation.

En France, l’Alliance contre le tabac (ACT) et le Comité national contre le tabagisme (CNCT) condamnent fermement les communications sélectives de PMI («trompeuses et illégales»), et tous deux soulignent que les intérêts d’une multinationale du tabac sont en soi incompatibles avec ceux de la santé publique.2

Dès la fin de l’année 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné qu’il n’existait aucune preuve scientifique indépendante venant appuyer les affirmations de l’industrie du tabac concernant la diminution des risques pour la santé ou des émissions de substances nocives. En outre, toujours selon l’OMS, les études des multinationales du tabac se concentrent uniquement sur les substances toxiques habituelles contenues dans la fumée de tabac. Elles n’ont pas tenu compte de la possibilité que des dispositifs tels que l’IQOS puissent également libérer des substances toxiques différentes de celles contenues dans la fumée des cigarettes.3

Les risques pour la santé demeurent

Dès 2017, une équipe de chercheurs sans lien avec PMI et dirigée par le professeur Reto Auer de l’Université de Berne a mis en évidence que l’IQOS est un appareil qui libère par carbonisation (pyrolyse) les mêmes substances hautement toxiques qu’une cigarette normale.4 Des substances dont il est prouvé qu’elles sont cancérigènes et autrement dangereuses pour la santé, comme le souligne aussi clairement la FDA dans son approbation.

Contexte: substances nocives vs risques pour la santé

Depuis juillet 2020, le produit de tabac chauffé «IQOS» de la multinationale du tabac Philip Morris International (PMI) a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour quatre ans en tant que produit de tabac à risque modifié (angl. modified risk tobacco product, MRTP): par rapport aux cigarettes, la FDA considère qu’il dégage moins de substances nocives, mais n’engendre pas un risque moindre pour la santé.5

La FDA propose deux options pour l’approbation: soit comme produit dont la production de substances nocives est seulement plus faible que celle des cigarettes (angl. exposure modification), ce qui ne permet pas de tirer des conclusions sur les risques réels pour la santé, soit comme produit présentant un risque plus faible pour la santé (par rapport aux cigarettes) pour le consommateur (angl. risk modification).

La FDA souhaite également surveiller de près la manière dont les consommateurs utiliseront l’IQOS et les dommages sanitaires qui en découleront. En outre, la commercialisation ne doit pas conduire à une utilisation par les jeunes. Dans quatre ans au plus tard, la FDA décidera donc à nouveau si l’IQOS peut continuer à être commercialisé.

Si vous avez des questions, veuillez vous adresser à

Luciano Ruggia

directeur

031 599 10 20

 

 

rauchstopplinie

rauchstopplinie