Les maladies inhérentes au tabagisme sont causées par l’inhalation de la fumée du tabac. Le fumeur inhale le flux principal de fumée en tirant sur la cigarette dans sa bouche. Ce flux pénètre dans le sang en traversant les poumons, puis atteint chaque organe grâce aux veines. Les substances nocives de la fumée de tabac envahissent donc tout le corps, de la bouche aux poumons en passant par le cœur et les organes d’excrétion.

 

Cancers

Le tabagisme provoque le cancer du poumon, de la trachée et des bronches, de la bouche et de la gorge, de l’œsophage, du larynx, de l’estomac, de la vessie, des reins et de l’uretère, du pancréas, de l’utérus, du gros intestin et du rectum, du foie et du sang (leucémie myéloïde aiguë). La consommation de tabac affaiblit en outre les défenses immunitaires dont le corps dispose pour combattre les cellules cancéreuses et diminue l’efficacité des chimiothérapies et d’autres thérapies destinées à lutter contre le cancer.

Maladies cardiovasculaires

La consommation de tabac peut provoquer un rétrécissement des vaisseaux sanguins (artériosclérose) et des vaisseaux coronaires (maladie coronarienne) ou une attaque cérébrale, diminuer l’afflux sanguin, notamment dans les jambes (maladie artérielle périphérique), et entraîner un élargissement des artères abdominales (anévrisme de l’aorte abdominale). Les risques sont également élevés lorsque le consommateur fume des cigarettes à teneur réduite en goudron et en nicotine.

Maladies des voies respiratoires

En plus du cancer du poumon, la consommation de tabac peut entraîner une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), augmenter le risque de tuberculose et affaiblir les défenses immunitaires contre les substances nocives inhalées. Chez les enfants et les jeunes qui fument, la croissance des poumons est ralentie. Ces atteintes à la santé subsistent durant toute la vie et augmentent le risque de broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Le tabagisme nuit à l’état de santé général. Les fumeuses et les fumeurs ont un taux d’absentéisme plus élevé et recourent plus souvent à des soins médicaux. Après une intervention chirurgicale, les complications sont plus fréquentes à cause d’une mauvaise cicatrisation et de difficultés respiratoires. Les fumeuses et les fumeurs souffrent aussi plus couramment de fractures osseuses et après la ménopause, les femmes présentent une densité osseuse plus faible.

 

Sources

2014 Surgeon General's Report: The Health Consequences of Smoking - 50 Years of Progress www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/50th-anniversary/index.htm.

 

État: juillet 2016

 

rauchstopplinie

rauchstopplinie