Dans un local fermé, seule l’absence totale de fumée peut garantir une protection complète contre la fumée passive. Cela concerne en particulier tous les lieux publics fermés et les lieux de travail. En Suisse, la loi fédérale n’apporte pas une protection suffisante.

Comment protéger la population contre la fumée passive? 

Il est impossible de fixer des limites à la fumée du tabac, qui est nocive pour la santé même à très petites doses. Une mesure efficace pour protéger les non-fumeurs contre les effets néfastes du tabagisme passif sur leur santé est d’introduire dans la loi l’interdiction de fumer dans les lieux publics fermés et sur le lieu de travail.

Or, la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif autorise le service dans les fumoirs, les établissements fumeurs ainsi que la consommation de cigarettes aux places de travail individuelles. La loi n’offre donc qu’une protection restreinte. Dans les fumoirs avec service et les établissements fumeurs du secteur de la restauration et de l’hôtellerie, la santé des employés est soumise à d’importants risques en raison de la fumée passive. Ces employés devraient porter des masques de protection dotés d’un filtre, mais les dangereux composants contenus dans la fumée du tabac parviennent quand même à traverser le filtre.

Des expériences sont menée dans le monde entier depuis plusieurs décennies. Elles mettent en évidence les répercussions de la fumée passive, y compris dans les zones sans fumée pourvues d’installations d’aération et de filtres à air, ainsi que dans les locaux sans fumée.

  • Les zones sans fumée sont des plus lacunaires.
  • Même les ventilations les plus modernes ne protègent qu’en partie.

Pas de recul du chiffre d’affaires dans les restaurants sans fumée

De vastes études scientifiques contredisent depuis longtemps l’affirmation de l’industrie du tabac, selon laquelle l’introduction de locaux sans fumée ferait baisser le chiffre d’affaires. Les études qui n’ont pas été financées par l’industrie du tabac se fondent en revanche sur des données objectives comme celles des autorités fiscales et ont été publiées dans des revues spécialisées après avoir été soigneusement examinées par des spécialistes externes.

Dans le canton du Tessin, les établissements de restauration sont également des espaces non-fumeurs depuis avril 2007, à l’exception des fumoirs avec service. Comme le démontre une étude menée par l’Université de Lugano en se référant aux statistiques de l’Administration fédérale des contributions, la modification de la loi cantonale n’a pas entraîné de baisse significative du chiffre d’affaires dans le secteur tessinois de la gastronomie.

  • Restaurants (environ 87 pour cent du chiffre d’affaires de la branche dans le canton du Tessin): la modification de la loi n’a pas entraîné de véritables pertes au niveau du chiffre d’affaires des restaurants. Une année avant l’entrée en vigueur de la loi, les restaurants avaient déjà dû faire face à un recul du chiffre d’affaires avant d’enregistrer une progression en 2007 et 2008.
  • Bars (environ 10 pour cent du chiffre d’affaires de la branche): entre 2005 et 2007, les bars ont subi des pertes considérables au niveau de leur chiffre d’affaires. Cette évolution défavorable existait déjà depuis longtemps avant l’entrée en vigueur de la modification de la loi et s’explique donc en grande partie par les lois du marché et n’a aucun rapport avec les nouvelles dispositions.
  • Discothèques et boîtes de nuit (environ 3 pour cent du chiffre d’affaires): dans ce secteur, les pertes au niveau du chiffre d’affaires vont de pair avec l’introduction dans la loi de la protection contre la fumée passive. Concernant les discothèques et les boîtes de nuit, l’étude ne peut pas exclure des conséquences sur le chiffre d’affaires.

Qui est exposé à la fumée passive en Suisse?

  • En 2013, six pour cent au total des plus de 15 ans étaient exposés involontairement à la fumée passive pendant au moins 7 heures par semaine. Ce pourcentage était de 3,8 pour cent parmi les non-fumeurs.
  • L’exposition est la plus élevée dans les restaurants, les cafés et les bars, ainsi que chez des amis, des parents et des connaissances; elle peut atteindre jusqu’à 25 pour cent.
  • Les adolescents et les jeunes adultes sont nettement plus exposés que leur aînés: parmi les 14-19 ans, 19 pour cent sont soumis au tabagisme passif au moins 7 heures par semaine; chez les 20-24 ans, le taux atteint 21 pour cent.

 

Retour: tous les articles sur la fumée passive

 

Source

Deutsches Krebsforschungszentrum (Hrsg.), Aus der Wissenschaft - für die Politik: Raucherräume und Lüftungssysteme: Keine Alternative zur rauchfreien Gastronomie Heidelberg, 2007 www.tabakkontrolle.de.

Peter J. Schulz & Uwe Hartung, Einfluss des Rauchverbots auf die Gastronomieumsätze im Tessin: Evidenz aus der Umsatzsteuer-Statistik der Eidgenössischen Steuerverwaltung, Lugano, September 2010 www.bag.admin.ch/tabak_praevention/tpf/index.html?lang=de.

Kuendig H., Notari L., Gmel G. (2014). Le tabagisme passif en Suisse en 2013 - Analyse des données du Monitorage suisse des addictions, Addiction Suisse, Lausanne, Suisse www.suchtmonitoring.ch.

 

rauchstopplinie

rauchstopplinie