Journée mondiale sans tabac du 31 mai: sous le signe des cardiopathies

 

La Journée mondiale sans tabac a lieu le 31 mai. Cette année, elle s’articulera autour du lien souvent sous-estimé entre la consommation de tabac et les maladies cardiovasculaires.

En Suisse, 9500 personnes meurent chaque année des conséquences directes de la consommation de tabac, ce qui signifie que 26 décès prématurés pourraient être évités tous les jours. Les cardiopathies sont la deuxième cause de décès la plus fréquente après le cancer des poumons.

Avec l’hypertension, la consommation de tabac est le principal facteur déclencheur de nombreuses maladies cardiovasculaires. Cette année, la Journée mondiale sans tabac souhaite attirer l’attention sur cette réalité et aura pour thème «Le tabac et les cardiopathies».

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique démontrent sans équivoque les conséquences dévastatrices du tabagisme sur le système cardiovasculaire: en Suisse, la consommation de tabac est directement responsable de plus de la moitié des cas d’artériosclérose (calcification des artères) chez les hommes. D’autres maladies potentiellement mortelles comme les accidents vasculaires cérébraux et la sténose des coronaires (maladie coronarienne) sont aussi souvent dues au tabagisme. En 2015, plus de 2000 personnes ont été hospitalisées en Suisse à la suite d’un AVC occasionné par la consommation de tabac.

Une seule cigarette par jour suffit

Les fumeuses et les fumeurs sous-estiment souvent les effets néfastes du tabac. Ils considèrent que par rapport à un paquet entier, fumer une ou quelques cigarettes par jour est sans danger pour leur santé. Pourtant, la consommation de tabac est sournoise et le risque de développer une maladie n’est pas proportionnel au nombre de cigarettes que l’on fume. En effet, une seule cigarette par jour peut déjà entraîner des dégâts considérables, notamment la maladie coronarienne, qui est l’une des principales cardiopathies. En fumant une cigarette par jour, le risque de contracter cette maladie et de subir un infarctus et un arrêt cardiaque monte en flèche. Fumer une seule et unique cigarette par jour signifie s’exposer à pratiquement la moitié des risques que constitue un paquet entier.

Les recherches ont démontré une augmentation comparable des risques de maladie pour les accidents vasculaires cérébraux. En effet, par rapport à un paquet entier, une seule cigarette par jour comprend déjà un tiers de risques.

Ces résultats sont particulièrement alarmants pour les fumeuses et les fumeurs qui consomment seulement quelques cigarettes par jour ou qui ont réduit drastiquement leur consommation. Beaucoup d’entre eux ont l’impression qu’ils ne prennent aucun risque pour leur santé. Or, fumer est néfaste, peu importe le nombre de cigarettes.

Quelle est la position de la Suisse?

Du point de vue de la prévention du tabagisme, la Suisse ne s’engage pas suffisamment pour protéger la population contre les dangers du tabagisme et de la fumée passive. La Suisse est pratiquement le seul pays européen à autoriser la publicité en faveur du tabac de manière si libre. Cela explique aussi pourquoi la proportion de fumeuses et de fumeurs dépasse toujours 25 pour cent dans notre pays, contrairement aux autres Etats européens.

Comme l’élaboration de la nouvelle loi sur les produits du tabac l’a prouvé récemment, la majorité du Conseil national et du Conseil des Etats s’oppose à l’introduction de mesures efficaces pour diminuer la consommation de tabac. Même les durcissements marginaux que le Conseil fédéral avait prévus n’ont pas réussi à convaincre le Parlement, qui les a fermement rejetés.

C’est pourquoi un projet de loi qui préconise en grande partie le statu quo favorable au tabagisme a été mis en consultation au début de cette année. L’«Alliance pour une loi efficace sur les produits du tabac», soutenue par plus de cent organisations, a fait part de ses exigences dans le cadre de la consultation. Elle exige un remaniement complet du projet et notamment l’introduction d’une interdiction générale de publicité et de parrainage. L’Alliance est coordonnée par l’Association suisse pour la prévention du tabagisme.

L’initiative populaire «OUI à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» a été lancée contre le marketing agressif des multinationales du tabac, qui cible principalement les enfants et les jeunes. L’initiative est notamment soutenue par les associations de médecins, de pharmaciennes et pharmaciens et de droguistes. La Ligue suisse contre le cancer, Santé publique Suisse, la Fondation IdéeSport, Addiction Suisse et l’Association suisse pour la prévention du tabagisme sont entre autres représentées dans le comité d’initiative. La récolte de signatures est en cours. Des formulaires de signatures sont disponibles dans les pharmacies, les drogueries et les cabinets médicaux.

Journée mondiale sans tabac

La Journée mondiale sans tabac est une campagne menée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a lieu chaque année le 31 mai et a pour but d’attirer l’attention sur les conséquences sociales, économiques et sanitaires de la consommation de tabac. En 2018, elle s’articulera autour du lien souvent sous-estimé entre la consommation de tabac et les maladies cardiovasculaires. Selon l’OMS, la consommation de tabac et la fumée passive sont responsables de 12 pour cent des décès dus aux maladies cardiaques.

Chaque année, l’épidémie de tabagisme tue plus de 7 millions de personnes dans le monde entier, dont près de 900 000 non-fumeuses et non-fumeurs qui meurent des conséquences de la fumée passive. Sur plus d’un milliard de fumeuses et de fumeurs dans le monde, environ 80 pour cent vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, lesquels payent aussi le plus lourd tribut en matière de maladies et de décès dus au tabagisme.

Autres liens:

Renseignements:

Thomas Beutler

collaborateur scientifique

031 599 10 20

Verena El Fehri

Directrice

031 599 10 20

Wolfgang Kweitel

Responsable de la communication politique

031 599 10 20

 

rauchstopplinie

rauchstopplinie