Recherche

Filtre par tag

Un kilo de CO2 sur 500 est à mettre sur le compte de l’industrie du tabac

Le tabac est un problème écologique qui mérite plus d’attention. Telle est la conclusion d’une étude sur les conséquences de la culture du tabac et de la fabrication de cigarettes.

Les conséquences dévastatrices de la consommation de tabac sur la santé humaine sont connues. Chaque année, le tabagisme tue près de 7 millions de personnes dans le monde entier. Toutefois, le fait que la production de 6 billions de cigarettes par an entraîne aussi d’importantes répercussions sur l’environnement et le développement durable est encore peu abordé. Un rapport publié récemment a étudié systématiquement ces effets pour la première fois. Il a été rédigé par l’Imperial College London, sur mandat du secrétariat de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (FCTC).

Pour pouvoir chiffrer les conséquences écologiques, les chercheurs ont tenu compte de l’ensemble de la chaîne de production et de livraison de la culture du tabac. Chacune des différentes étapes de production entre la culture du tabac et la consommation d’une cigarette implique des ressources considérables.

Déchets et émissions

Au départ, il faut utiliser des surfaces cultivables limitées et de l’eau pour la culture du tabac, employer des substances chimiques dans les plantations de tabac et brûler du charbon et du bois pour le processus de séchage. Au moins 6500 hectares de forêt sont défrichés chaque année, une surface qui correspond à environ 10 000 terrains de football.

Lors du traitement ultérieur du tabac pour en faire des cigarettes, l’importante consommation d’énergie et les émissions produites lors des processus de fabrication et de distribution doivent être prises en considération. La production d’emballages et de filtres pour les cigarettes entraîne de grandes quantités de déchets non biodégradables et toxiques. Par ailleurs, les longues voies de transport par bateau et camion depuis les plantations jusqu’à la fabrique, puis de la fabrique aux points de vente, polluent l’air et la mer.

La consommation de cigarettes provoque elle aussi son lot de dégâts. À eux seuls, les mégots occasionnent 25 millions de tonnes de déchets par année. En effet, les mégots sont jetés sans scrupules dans la nature et nuisent à leur tour à l’environnement. Un seul mégot de cigarette peut contaminer environ 40 litres d’eau. Enfin, il faut aussi songer aux innombrables incendies de forêt et autres feux de broussailles provoqués dans le monde entier par des mégots incandescents.

Bilan écologique déplorable

En tout, la fabrication d’une seule cigarette requiert 3,7 litres d’eau et 14 grammes de dioxyde de carbone (CO2). L’industrie globale du tabac produit 84 millions de tonnes de CO2 par année, ce qui correspond aux émissions de pays entiers comme le Pérou ou Israël. L’industrie du tabac contribue donc à 0,2 % des émissions de CO2 sur la planète. En comparaison avec d’autres produits agricoles, la culture du tabac est extrêmement gourmande en ressources. La culture de tabac vert (c’est-à-dire sans séchage) nécessite environ deux à trois fois plus de ressources que la production de tomates ou de pommes de terre. La consommation d’eau est comparable à celle de la culture du riz, elle est plus de huit fois supérieure à celle des pommes de terre et cinq fois plus importante que celle des tomates.

Des dégâts immenses, pour quelle utilité?

Les auteurs du rapport écrivent que la seule façon de diminuer les effets négatifs de l’industrie du tabac sur l’environnement consiste à réduire drastiquement la production et la consommation. L’amélioration de l’efficacité de la part des multinationales du tabac n’aurait que peu de poids, dans la mesure où le nombre de fumeuses et de fumeurs augmente dans le monde entier. Les chercheurs expliquent en outre que l’importante empreinte écologique de l’industrie des cigarettes rend le commerce du tabac actuel incompatible avec les objectifs de l’ONU en matière de développement durable. Les répercussions écologiques du tabac devraient donc être mieux prises en considération et des mesures devraient être introduites pour les contrer.

Selon les auteurs du rapport, il faut intervenir au niveau du tabac en introduisant des mesures adéquates pour protéger l’environnement, car le produit est nocif pour la santé et l’écologie, et sa consommation est totalement inutile.

Source: Rapport «Cigarette Smoking: An assessment of tobacco’s global environmental footprint» basé sur une étude scientifique du même nom publiée dans le journal «Environmental Science and Technology». Le document peut être téléchargé sur le site Web de l’OMS.

Tags: tabac

Recherche

Filtre par tag

rauchstopplinie