La nouvelle campagne « verte » de Swiss Cigarette : entre « Greenwashing » et collecte de données privées

L'association faîtière Swiss Cigarette[i] exploite une image féministe virtuelle, « Lara Green », femme fâchée aux cheveux rouges mais au nom vert, pour se payer une campagne de « greenwashing » et nous faire croire qu’ils se soucient de mégots toxiques produits par leurs fabriques.[ii] La solution de Swiss Cigarette : non pas d’arrêter de produire leurs produits mortels et leur filtres inutiles, mais lancer une campagne digitale et la distribution de cendrier de poche et la collecte des données des fumeuses et fumeurs. Le message est clair : continuez quand même de fumer.

Image: capture d'écran du site Lara Green, 26.05.2021

La campagne Lara Green

C’est le 26 mai 2021 (5 jours avant la Journée mondiale sans tabac de l’OMS, c’est difficilement un hasard) que Swiss Cigarette lance cette campagne, avec un site au graphisme soigné et attrayant, surtout pour un publique jeune. Un canal You Tube (encore vide) nous laisse supposer l’arrivée de vidéos douteux. Mais l’élément centrale est la distribution de 20'000 cendriers gratuits.

Sur le site Lara Green il est indiqué que « Les membres de Swiss Cigarette sont conscients du problème des déchets sauvages causés par les mégots de cigarettes. L'association s'est donc engagée depuis des années dans la lutte contre le littering. Elle collabore notamment avec des associations environnementales pour mener des campagnes de sensibilisation et distribuer des cendriers de poche 100 % suisses fabriqués à partir de fer blanc recyclé. Afin de renforcer encore son engagement en faveur d'un environnement propre, l'association lance la campagne Lara-Green. » Le problème n’est pas seulement le littering, mais la catastrophe environnementale que l’industrie du tabac représente dans son ensemble.[iii] Nous sommes contents d’apprendre que Swiss Cigarette s’engage « depuis des années » contre le littering, même si nous ne savons pas vraiment ce qu’ils ont fait dans le passé. Quant à la supposée collaboration « avec des associations environnementales », mais Swiss Cigarette ne dit pas clairement de quelles organisations on parle ici. Sur les sites de WWF et Pro Natura il n’y a pas d’informations sur telles collaborations. Ou bien elles n’existent pas ?

Lara Green contre Stop2drop

Au courant du printemps 2021, la campagne Stop2drop a permis de récolter en deux semaine près d’un million de mégots jeté dans la nature. Ceci a été fait avec l’aide des écoliers et la participation de classes d’écoles, mais aussi d’adultes et d’organisation environnementales. Cette campagne a eu un grand écho médiatique et a permis de sensibiliser les jeunes aux dangers de jeter les mégots dans la nature, car un seul mégot pollue au moins 41 litres d’eau.

 

Image: résultat de la campagne Stop2drop

Est-ce un hasard qu’au mois de mai 2021, soudainement, Swiss Cigarettes se lancent dans une campagne soi-disant environnementale ? Lara Green ne dit jamais qu’il faut arrêter de fumer ni que les cigarettes sont la pire catastrophe environnementale dans tout leur cycle de production, dès la culture du tabac à sa transformation. Dans de nombreux pays, les agriculteurs défrichent des terres forestières marginales sur le plan agricole pour cultiver du tabac, souvent par brûlage. De plus, la monoculture nécessite l'utilisation de divers pesticides pour maintenir la production.[iv] Est-ce que Lara Green est conçue pour être une réponse cachée au succès de Stop2drop ? L’industrie prend peur du mouvement en faveur de l’environnement et, surtout dans le contexte des débats politiques pour la nouvelle Loi sur les produits du tabac, essaye de faire semblant de se préoccuper de l’environnement ? Les cendriers offerts ne sont même pas une goutte d’eau (toxique) dans l’océan de mégots.

Cendriers gratuits et collecte de données

Lara Green va distribuer sa solution géniale : 20'000 cendriers gratuits. Mais sont-ils vraiment gratuits ?

Pour commander un des cendriers proposés, il faut remplir un formulaire en ligne et fournir son nom, adresse et adresse électronique. C’est un joli moyen pour Swiss Cigarette de se constituer un fichier d’adresses de 20'000 fumeuses et fumeurs suisses. Que va faire Swiss Cigarette de ce fichier ? Dans les Conditions générales (qu’il faut accepter pour pouvoir commander le cendrier) rien n’est indiqué que les données ainsi récoltées ne seront pas utilisées pour d’autres fins. Il faut donc partir de l’idée que ce fichier d’adresse sera exploité, voir revendu à des tiers, à des fins de marketing.

Remarquons aussi un manque de transparence : quelle agence de communication est responsable de cette campagne ? Combien coûte cette action de propagande de Swiss Cigarette ?

Les filtres : la plus grande arnaque de l’histoire de la civilisation

Nous savons tous que la cigarette est l’objet le plus mortel de l’histoire de la civilisation, mais c’est le filtre qui obtient le titre de plus grande arnaque.[v] Aujourd’hui, 9'500 personnes meurent du tabagisme en Suisse chaque année et le chiffre mondial est de 8 millions de décès annuels, ceci malgré que la majorité des cigarettes ont un filtre aujourd’hui. L’industrie est par ailleurs pleinement au courant que les filtres ne servent à rien.[vi]

Les filtres modernes en acétate de cellulose ont commencé à être introduits au niveau industriel dans les années 1950 pour contrer la naissante crainte du publique concernant les dangers de cancers aux poumons causés par la fumée. Les filtres et les innovations techniques qui les concernent ont été toujours exploités par le marketing de l’industrie comme un moyen de réduire les risques liés aux cigarettes. Si les filtres empêchent que des petits morceaux de tabac et des goûts désagréables passent dans la bouche, la recherche a amplement démontré qu’ils ne servent à rien pour réduire les risques de santé, puisque les fumeurs juste fument plus ou inhalent plus. Mais l’industrie du tabac continue aujourd’hui à utiliser et promouvoir les filtres de cigarettes comme moyen de réduction des risques alors qu’en plus ils détruisent l’environnement. [vii]

Une caractéristique mal connue concernant les filtres c’est qu’ils sont composés de plastique. Le filtre d’une cigarette, dont l’apparence évoque souvent le coton, est fabriqué à partir d’acétate de cellulose. Une matière plastique obtenue par modification chimique de la cellulose (un polymère naturel). Les fibres de l’acétate de cellulose sont traitées avec du dioxyde de titane (toxique), puis elles sont compactées fermement avec de la triacétine (plastifiant irritant) pour former le filtre.[viii]

On estime que les fumeurs achètent 18 milliards de cigarettes par jours sur la planète, cela donne le chiffre vertigineux de 6,5 trillions de cigarettes par année. On estime que les deux tiers finissent dans la nature.[ix] Mais les filtres, ou les mégots, sont des plastiques polluants qui vont laisser une quantité de substances toxiques lesquelles, en plus d’avoir empoisonné les fumeurs en passant, vont finir par polluer les eaux de manières grave. Les mégots de cigarettes sont la première source de plastique polluants dans la nature et dans les mers.[x]

La vraie solution : interdire les filtres

La prise de conscience croissante des dommages causés aux écosystèmes par l'élimination de grandes quantités de plastique suscite de plus en plus l'indignation du public et oblige les gouvernements à agir. L'Union européenne, par exemple, interdira de nombreux produits en plastique à usage unique, tels que les couverts, les assiettes et les pailles, à partir de 2021. Cependant, ces mesures ne s'étendent pas à l'une des principales sources de déchets plastiques dans le monde, qui est sous les yeux de tous mais que peu de personnes remarquent : le mégot de cigarette.[xi]

La seule solution afin de réduire la pollution mondiale causée par les mégots toxiques c’est une interdiction totale des filtres, qui n’ont aucune utilité pour la santé des fumeuses et des fumeurs. Les campagnes alibi du style Lara Green ne servent à rien, sinon à faire croire que l’industrie se préoccupe d’autre chose que de ses profits.

 

Luciano Ruggia

Association suisse pour la prévention du tabagisme

Directeur

031 599 10 21

 

[i] L'Association Swiss Cigarette est composée des membres British American Tobacco Switzerland SA (Boncourt), Japan Tobacco International AG (Dagmersellen) et Philip Morris S.A. (Lausanne).
[ii] Sur le greenwashing et comment il est utilisé par l’industrie veuillez consulter : https://tobaccotactics.org/wiki/greenwashing/
[iii] Tobacco and its environmental impact: an overview (2017). Geneva: World Health Organization.; The American Cancer Society (2018): Tobacco Atlas. 6th. Atlanta, GA: MCGRAW-HILL EDUCATION.; Tobacco and the Environment: https://tobaccotactics.org/wiki/tobacco-and-the-environment/
[iv] The American Cancer Society (2018): Tobacco Atlas. 6th. Atlanta, GA: MCGRAW-HILL EDUCATION.
[v] Proctor, Robert (2011): Golden holocaust. Origins of the cigarette catastrophe and the case for abolition /  Robert N. Proctor. Berkeley: University of California Press.
[vi] Harris, Bradford (2011): The intractable cigarette ‘filter problem’. In Tobacco control 20 (Suppl 1), i10. DOI: 10.1136/tc.2010.040113.
[vii] Evans-Reeves, Karen; Lauber, Kathrin; Hiscock, Rosemary (2021): The ‘filter fraud’ persists: the tobacco industry is still using filters to suggest lower health risks while destroying the environment. In Tob Control, tobaccocontrol-2020-056245. DOI: 10.1136/tobaccocontrol-2020-056245.
[viii] https://www.megot.com/composition-dun-filtre-de-cigarette/
[ix] Tik, Root (2019): Cigarette butts are toxic plastic pollution. Should they be banned? Trillions of cigarette butts are thrown into the environment every year, where they leach nicotine and heavy metals before turning into microplastic pollution. In National Geographic.
[x] Venugopal, P. Dilip; Hanna, Shannon K.; Gagliano, Gregory G.; Chang, Hoshing W. (2021): No Butts on the Beach: Aquatic Toxicity of Cigarette Butt Leachate Chemicals. In tob regul sci 7 (1), pp. 17–30. DOI: 10.18001/TRS.7.1.2.
[xi] van Schalkwyk, May C. I.; Novotny, Thomas E.; McKee, Martin (2019): No more butts. In BMJ, l5890. DOI: 10.1136/bmj.l5890.

rauchstopplinie

rauchstopplinie